Maisons décoratives artisanales

baniere blog

Bienvenue dans le monde magique des légendes ! Découvrez mes créations ; des maisons pour les fées et les lutins. Donnez un logis aux êtres qui peuplent la forêt et ils vous remercieront de votre hospitalité par une friandise ou une pièce déposée devant le perron de la maison avant la pique du jour.

Publicités

La maison de la fée Pépa

La fée Pépa cultive dans son petit jardinet des citrouilles avec lesquelles elle compose des soupes, des tartes et des terrines agrémentées de champignons. Gaillarde, elle retourne sa terre, opiniâtre elle bêche, méticuleuse elle ratisse. Elle en prend soin de ses citrouilles, le soir quand elle les arrose de l’eau de rosée elle leur raconte de petites histoires d’un passé lointain et parfois quand la fatigue ne se fait trop sentir, elle leur joue de douces mélodies avec son violoncelle.

Dimensions : Longueur : 20 cm, largeur : 14 cm, hauteur : 15 cm
Matières : Cagette, plâtre, lichen stabilisé, mousse végétale, brindilles, papier crépon, coque de gland, attaches parisiennes, paille carton, fil couture, bille polystyrène. fil d’alu, fer blanc.
Longueur : 18 cm, largeur : 12 cm, hauteur : 23 cm

Vente en boutique : Cliquez ici

 

Nouveau projet

Je vous présente ce nouveau projet : la maison de la fée Pépa.
Ce sera une petite maison avec un jardinet sur lequel poussera des citrouilles.Image2

Premiers travaux : les murs et la charpente.

La porte et les fenêtres sont montées. Des rideaux jaunes aux fenêtres. Les tuiles sont posées. Du plâtre a été coulé dans de petits récipients d’aluminium afin de créer des citrouilles :). Un appentis sous le toit a été ajouté, il servira à entreposer les outils.

La maison est peinte aux couleurs pastels : jaune pour les murs et gris pour tous les montants en pierre de taille. La demeure repose sur son socle et les citrouilles poussent déjà dans le jardin clôturé :).

Les maisons d’Apidya et d’Asphodelle

De nouvelles photos de la maison de la fée Apidya dans un jardin magique peuplé d’êtres malicieux sous la bonne garde de Iona, la chienne des lieux.

Au milieu d’un paisible jardin luxuriant, sous un franc soleil, la maison de la fée Apidya et celle de la fée Asphodelle ont trouvé leur havre de paix dans le bourg de Montélier dans la province du Dauphiné. Elles furent bien accueillies par les êtres peuplant la verdure qui les ont de suite adoptés. Ces deux maisons trouveront toute la quiétude nécessaire à leur épanouissement.
Merci à leur hôte d’avoir prit ces jolies photos 😉

Les colis

Parfois le colis d’expédition est bien plus difficile à réaliser que la maison :). C’est qu’il en faut de l’ingéniosité pour bien caler la création afin qu’elle ne bouge pas dans le colis souvent malmené par la Poste et autres entreprises d’expéditions.
Pour la petite boîte de la maison troglodyte, j’ai fini par ajouter une traverse en bois, qui était à l’origine une baguette pour brochette. Rien ne se perd tout se transforme ! Elle perce de part-en-part la boîte et vient se caler au-dessus du tronc d’arbre afin que la création ne bouge plus. J’aurai du faire l’école des mines mais l’idée de me faire sauter, m’a refroidie :).

J’apporte un grand soin à l’emballage et je lésine pas sur les procédures pour déballer afin de guider au mieux les clients pour qu’ils ne fassent pas de dégâts. Mais je ne peux m’empêcher, quand j’expédie un colis, d’avoir une grande hantise : qu’il arrive une catastrophe. C’est déjà arrivé, rarement, sans conséquence. Un petit point de colle par une cliente compréhensive et toute trace de casse était effacée.

Ce colis part pour l’Ardèche. Fier d’apporter quelques logis dans cette contrée 😉

La maison du lutin fou

Rien de cohérent dans la demeure du lutin fou. Tout est penché, de travers.
« Rien de tiendra longtemps au prochain coup de vent » disent certains.
« Tout est tordu comme dans sa tête ! » clament d’autres.
Qu’importe ! sa folie, il l’assume. Ce lutin fou et farfelu se moque bien des qu’en dira-t-on. Il aime sa maison comme sa douce folie. Il a demandé d’avoir sur sa pelouse des champignons rose car sous nos latitudes il n’existe pas d’éléphants. Le balcon, soutenu par un vieil arbre aussi fou que son propriétaire de supporter tant de folie, s’est vu aménagé, à bout de branche, une plate-forme faite de planches afin que le lutin descende par son balcon, puis glisse le long d’une corde qu’il a graissé afin que quiconque puisse monter. Enfin
, quand le monde se calme tout autour de lui, il s’adonne à sa passion : le croquet, dont le parcours fait le tour de sa maison entre les champignons et les buissons.

Dimensions : Longueur : 18 cm, largeur : 12 cm, hauteur ;: 23 cm
Matières : Cagette, plâtre, lichen stabilisé, mousse végétale, brindilles, billes de bois, plastique, fil d’aluminium.
Longueur : 18 cm, largeur : 12 cm, hauteur : 23 cm

Vente en boutique : Cliquez ici

(Projet) Maison du lutin fou

La canicule passée, mes lutins ouvriers ont repris le chemin du chantier, saisis leurs outils pour débuter les travaux de la nouvelle maison de leur semblable ; le lutin fou. C’est lui même qui a conçu les plans, je n’y suis pour rien. Je l’ai averti que cette maison toute biscornue ne tiendra pas longtemps. Il m’a répondu :
« Qu’importe qu’elle tombe à terre demain ou dans cent ères !
Tout est éphémère ! on sera tous dans la tombe demain ou dans cent ères ! »

Les façades sont faites. 

DSC01058_1

Deux jours de travaux plus-tard : Le gros oeuvre pose certaines difficultés notamment le cintrage des différents étages. Il en fallu de la patience et de l’ingéniosité pour monter tout ça. Les lutins se disaient entre eux que ce lutin fou était complètement cintré de monter une maison pareille : mal foutue, qui penche de tout coté et qui s’écroulera au premier coup de vent de l’est venu. Malgré le peu de ferveur de mes ouvriers, la demeure prend forme dans son ébauche.

 

Aujourd’hui, mes lutins ouvriers ont essayé de me faire le même coup que pendant la canicule : ne pas travailler, car trop chaud. J’ai sorti mon vieux tromblon qui tire des boulons de 8. Ils ont aussitôt saisi leurs outils pour aller sur le chantier de la maison.
Cela leur a même donné un certain courage. Les travaux ont beaucoup avancé. La toiture est terminée ainsi que la seconde couche de peinture. La rambarde du balcon est montée. Pour cette dernière opération, la tâche à été ardue du fait que le balcon est incliné.
« Seul un fou peut espérer tenir debout sur ce genre de balcon » clamait un lutin qui venait de glisser et de choir dans les ronces sous le balcon. Un autre disait : « Quelle idée d’un balcon penché, il faut être cintré ».

Trois jours de travaux plus tard dont un jour de repos ayant eu pitié de mes ouvriers lutins sous la pluie torrentielle. Les sous-pentes, le balcon sont peints. Les plâtres des murs sont finis et les pierres de tailles sont posées. Demain ils seront peints de couleurs jaune car monsieur lutin le fou désire que sa demeure soit aux couleurs de la Comté : jaune et bleu. Le toit sera aussi bleu.

Le lutin fou souhaite un cadran solaire sur la façade de sa maison. Naïvement je pensais qu’il voulait connaître l’heure. Il m’a rétorqué : » bien sûr que non ! c’est pour savoir si le soleil indique la bonne heure »…déroutant.DSC01085_1

Aujourd’hui, le murs ont été peints de jaune et le toit de bleu comme l’a désiré le lutin fou pour lui rappeler sa contrée d’origine : la Comté.

La maison repose enfin sur ses fondations. Je sais, normalement, les fondations se font en premier. Pour rappel : c’est une maison d’un fou.
Donc la maison est sur son socle. Les premiers éléments de décors apparaissent : ici un arbre fatigué supportant le balcon penché. Sur ses branches une petite plate-forme de planches à laquelle on accède par un petit escalier et pour finir sa descente vers le plancher des vaches, une corde. Elle est graissée pour faciliter la descente mais surtout pour éviter que quiconque puisse monter.
Un chéneau est en place ainsi que la cheminée de pierre qui n’est pas tout à fait terminée. Petit bémol : on a perdu la cadran solaire.